vendredi 22 septembre 2017

L'automne est là !










https://www.google.fr/search?site=&q=Equinoxe+automne&oi=ddle&ct=fall-equinox-2017-northern-hemisphere-5921669083299840&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiTtP2KwbjWAhXG2RoKHaTlDGoQPQgG&biw=1301&bih=919&dpr=1





Graffititi




Le graffiti n'est pas fait pour plaire

Sarah Diffalah | le 22 septembre

Jamais sans sa bombe. Elle est là, dans le coffre de son scooter. Toujours. Car l'envie de laisser sa trace sur le béton peut lui prendre n'importe quand. Olivier, alias Keno, 36 ans, enfourche alors sa bécane, direction la banlieue parisienne, à la recherche de murs vierges. La dernière fois, c’était à Ezanville, où il s'est attaqué aux bâtiments de la zone commerciale qui longe la départementale. Des graffs illégaux. Olivier est un puriste du graffiti. Depuis l'âge de 15 ans, cet ancien Parisien parcourt la ville pour faire des flops, des tags, des graffs. "Le graffiti me procure des montées d'adrénaline, me donne le temps d'explorer la ville, m'offre une liberté, me maintient vivant", explique-t-il dans ce bar du 11e arrondissement de Paris qu'il dirige et où il nous a donné rendez-vous.



mardi 19 septembre 2017

Pastis












C'est fatiguant à la fin !


Et ça sent pas bon !


Une étude alerte sur les fibres plastiques contenues dans l'eau du robinet


Le plastique est partout, même dans l'eau du robinet. Une étude réalisée par des scientifiques à l'initiative du site Orb media (https://orbmedia.org/stories/Invisibles_plastics), assure que partout dans le monde, l'eau potable est contaminée par des microplastiques, et ce dans des quantités qui varient d'un pays à l'autre. Selon The Guardian (https://www.theguardian.com/environment/2017/sep/06/plastic-fibres-found-tap-water-around-world-study-reveals), qui se fait l'écho de ce travail, mercredi 6 septembre, « les scientifiques appellent à ce que la recherche se penche sur les implications de cette présence de plastique pour la santé ». Jusqu'alors, les scientifiques étudiaient particulièrement les quantités de plastique se trouvant dans l'océan et susceptibles d'être ingérées par l'homme à travers le poisson et les fruits de mer. Or, les résultats sont inquiétants : sur tous les échantillons d'eau du robinet, prélevés dans 12 pays, 83% d'entre eux contenaient des fibres de plastique.






Et la semaine prochaine, nous parlerons de la Révolution Numérique !




samedi 16 septembre 2017

…et ça continue !




« Blake et Mortimer » victimes du casse du siècle

Daniel Couvreur | le 16/09/2017

Avec Hergé, Jacobs est l’autre monstre sacré de l’école de Bruxelles. Ensemble, ils ont écrit l’histoire du journal Tintin. Leurs héros, Tintin, Milou, Blake et Mortimer sont entrés dans la légende du 9e Art. Mais si l’héritage d’Hergé est jalousement préservé dans le Musée qui porte son nom, celui de Jacobs fait l’objet depuis plusieurs années d’un véritable hold-up sur le marché de l’art.
La Fondation Jacobs, créée par l’auteur de son vivant, en 1983, et mise en liquidation judiciaire à la demande de son président actuel, Philippe Biermé, en 2016, ne contrôle plus la situation. Cet été, les clés de ses coffres ont été confiées à la garde de la Fondation Roi Baudouin. Entre-temps, une nouvelle Fondation Edgar Jacobs a été constituée avec Moulinsart pour assurer la gestion du droit moral sur l’œuvre de Jacobs. Par un invraisemblable pied-de-nez de l’histoire, Tintin vole ainsi au secours de Blake et Mortimer !





On a marché sur la tête




Qui sont les maîtres de la BD qui comptent sur le marché de l'art ?

Aurélia Vertaldi | le 15/09/2017

Le troisième volume de la collection DatART dédié à la bande dessinée dresse la liste de 300 auteurs à suivre sur le marché du 9e art. Ce guide, conçu par Laurent Ryder, est réalisé pour accompagner ceux qui désirent se constituer une collection d'albums, de planches ou d'illustrations originales.
« Si à l'époque de Gai-Luron on m’avait dit que je vendrais un jour mes planches aux enchères, je n'y aurais pas cru. Aujourd'hui, il y a toute une littérature autour de la BD. Quand je pense que l'on en parlait en ricanant jadis… C'est une forme de reconnaissance pour nous, auteurs », estimait Marcel Gotlib, dans sa maison du Vésinet, où il a reçu Le Figaro en 2015 (http://www.lefigaro.fr/culture/2015/12/07/03004-20151207ARTFIG00307-coup-de-marteau-pour-le-bric-a-brac-de-gotlib.php).